Photo
Dossier Faire partie - Payer sa part

  

  « Faire partie - Payer sa part »

Présenté à la Table des Présidents des Assemblées de Fabrique de l'Unité pastorale, le 9 juin 2016.

MISE EN SITUATION
Lors de l'élaboration du protocole d'entente de l'Unité pastorale il a été clairement mentionné, par l'ensemble et par chacun des présidents de Fabrique, qu'il était difficile d'envisager voire même d'accepter qu'une ou des Fabriques viennent supporter financièrement une ou des Fabriques de l'Unité qui pourraient devenir en incapacité de payer leur contribution financière à l'Unité pastorale. C'est dans ce contexte qu'il a été décidé, par le biais du protocole d'entente signé par les Fabriques, de s'assurer d'une garantie financière. Ce positionnement est celui qui semble prévaloir encore aujourd'hui au sein de l'Unité pastorale. Cette attitude des présidents et des présidentes apparaît comme le reflet de leur communauté respective.

D'un autre côté, l'Évêque de notre diocèse, Mgr André Rivest, nous livre une interrogation tout en nous dirigeant vers une approche de partage, voici ce qu'il nous mentionne:

« Dans le cadre de nos réaménagements pour faire Église autrement, et pour donner sa chance à l’Évangile d’être reçu par nos contemporains de manière à ce qu’il les inspire et les transforme, je regarde avec douleur certaines réactions et je me dis : Veut-on sauver l’Évangile ou maintenir coûte que coûte sa bâtisse, son territoire paroissial ou s’asseoir sur ses placements en refusant de partager avec des voisins plus démunis, devenus incapables de se donner les services pour vivre leur foi ? Il me semble que si l’Église doit avoir un préjugé, c’est celui-là même de Jésus, c’est-à-dire celui de l’amour, du partage avec les plus pauvres; celui de l’option préférentielle pour les pauvres ». (1)

Les présidents et les membres des Assemblées de fabrique de notre Unité pastorale sont certains d'une réalité, à savoir: qu'une ou des Fabriques de l'Unité sont ou seront, à court terme, dans l'incapacité financière de payer leurs contributions monétaires prévues au protocole d'entente. Dans cette situation, il est prévu, dans ce même protocole, que la Table des Présidents des Assemblées de Fabriques (TPAF) se place en mode de recherche d'une ou de solutions.

La situation financière actuelle des Fabriques nous indique que quelques Fabriques sont actuellement en situation de vulnérabilité financière et ce, d'autant plus, que des imprévus peuvent survenir. Il devient donc nécessaire que la TPAF soit proactive afin de réfléchir en vue de trouver une ou des solutions à une problématique qui, il faut en être très conscients, va survenir et à laquelle nous aurons l'obligation d'agir au bénéfice de l'ensemble et de chacune des composantes de l'Unité pastorale.

Le message de l’Évêque cité précédemment nous questionne sur le partage de la richesse, mais aussi sur toute la question du bâtiment qu’est l’église paroissiale. « Veut-on sauver l’Évangile ou maintenir coûte que coûte sa bâtisse… ».

La question du « bâtiment qu’est l’église paroissiale » ne doit-elle pas faire partie intégrante de toutes les réflexions et études touchant la problématique financière actuelle et future des Fabriques de notre Unité pastorale? Toutes les Fabriques sont ou seront confrontées, à court terme, à administrer cette réalité; ce qui a été confirmé ouvertement par les autorités du Diocèse lors des activités préparatoires au réaménagement pastoral qui a été mis en place au début de l’année 2015.

Aujourd’hui, les membres des Assemblées de fabrique de notre Unité pastorale (2) sont devant cette obligation d’administrer avec prévoyance. Prévoir afin d’être en capacité de s’adapter à la situation financière actuelle. De même, la Fabrique paroissiale doit être en mesure de posséder les moyens nécessaires afin de poursuivre sa Mission pastorale.

LA PROPOSITION
Donc, c'est en misant sur le fait d'être proactif que nous suggérons la création d'un comité de travail, formé de trois membres de la TPAF (un par secteur territorial), du modérateur, de deux représentants ou représentantes du Conseil de Pastorale Unifié (CPU) et du conseiller administratif, à titre de personne ressource. Le Comité pourra s'adjoindre, au besoin, des personnes ressources utiles à la réalisation du mandat.

LE MANDAT
Le mandat du comité de travail est le suivant:
"Face à la situation qu'une ou plusieurs Fabriques n'ont plus ou n’auront plus la capacité de payer la contribution financière à l'Unité pastorale, formuler une ou des recommandations en regard de solutions à apporter, par chacune ou par l'ensemble des autres Fabriques de l'Unité afin d’assurer l’avenir de la MISSION évangélique dans le cadre de l'Unité pastorale»
La responsabilité de réalisation serait confiée au Modérateur de l'Unité pastorale. Ce dernier étant supporté dans cette tâche par le conseiller administratif.

L'ÉCHÉANCIER
Le comité de travail pourrait amorcer ses travaux en septembre 2016 et déposer son rapport au plus tard en avril 2017.

Le 30 mai 2016
Eugène Roy, conseiller administratif

(1) Revue En Église, 26 février 2016, p.3, "Mgr André Rivest exprime ses voeux à la population" (Revue En Église, 26-02-2016, PDF)
(2) Au même titre que les autres Unités pastorales du diocèse


Lors de cette assemblée, le mandat est accepté.
L'échéance finale du dépôt des recommandations sera arrêté
suite à l'élaboration du plan de travail.

Le COMITÉ DE TRAVAIL est formé des personnes suivantes:

  • Bergeron Josée, membre de l’Équipe d’animation locale
  • Desgagné Abbé Mario, modérateur
  • Desmeules Josée, agente de pastorale laïc (APL), coordonnatrice
  • Duchenes Gérald, président Assemblée de Fabrique Saint-André-Apôtre
  • Lajoie Michelle, membre de l’Équipe pastorale
  • Maltais Régis, président Assemblée de Fabrique Notre-Dame-de-l'Assomption
  • Roy Eugène, conseiller administratif
  • Tremblay Richard, président Assemblée de Fabrique Saint-Antoine-de-Padoue

LE PLAN DE TRAVAIL
Lors de cette première réunion du comité de travail, tenue le 23 août 2016, le plan de travail est accepté. Le plan de travail est dressé à partir de la prémisse suivante: Une fabrique est une corporation qui a pour objet d'administrer pour les fins de l'exercice de la religion catholique. (Ref. à l'article 13 de la Loi sur les fabriques).

Rappelons que le dossier "Faire partie - Payer sa part" émerge des réalités suivantes:

  • Des fabriques de notre Unité pastorale sont actuellement en vulnérabilité financière et d'autres le deviendront éventuellement;
  • Aucune fabrique ne veut payer pour une fabrique qui va devenir en incapacité de payer sa part des coûts reliés au fonctionnement de l'Unité pastorale. Ce qui est mentionné comme le reflet des communautés concernées;
  • La Mission évangélique doit continuer à se réaliser dans toutes les communautés.

Le protocole d'entente prévoit que ce dernier devient caduc si une fabrique est en défaut de paiement de sa contribution.

Alors que faire lorsque la situation va arriver ? Car elle va arriver !

Afin de répondre à cette problématique, le plan de travail prévoit, essentiellement, les étapes suivantes:

  • Projeter la vision de ce que pourrait être la pastorale dans 10 à 15 ans dans notre milieu, dans notre communauté.
  • Projeter ce qui sera nécessaire matériellement et autres, dans 10 à 15 ans, pour réaliser l'exercice de la pastorale dans notre milieu, dans notre communauté.
  • Formuler des recommandations en regard des actions à réaliser par les fabriques afin qu'elles puissent être en capacité financière, maintenant et dans le futur, de supporter la réalisation de la Mission pastorale dans leur milieu, dans leur communauté.

Le plan de travail prévoit une information continue des paroissiens, des paroissiennes et conséquemment, des citoyens et des citoyennes. L'échéancier de travail est fixé au 30 juin 2017.

TABLE RONDE
Une table ronde a été organisée afin de:

  • Projeter la vision de ce que pourrait être la pastorale dans 10 à 15 ans dans notre milieu, dans notre communauté,
    ET
  • Projeter ce qui serait nécessaire, dans 10 à 15 ans, pour réaliser l'exercice de la pastorale dans notre milieu, dans notre communauté.

Cette activité s'est réalisée le 16 janvier 2017.
L'invitation, aux paroissiens et paroissiennes, aux citoyens et citoyennes, à participer à cette activité, a été diffusée largement via les feuillets paroissiaux, les journaux municipaux et par affichage dans différents endroits publics. Le Comité de travail estime qu'il est primordial d'informer et de communiquer avec les paroissiens et les paroissiennes, avec les citoyens et les citoyennes et ce tout au long de la démarche en cours.

110 personnes, des 9 paroisses formant l'Unité pastorale sud du Lac, ont assisté à cette activité.

Un montage à été présenté et il a encadré le déroulement de l'activité. Des personnes ressources avaient été invitées à livrer des interventions en regard de deux domaines, à savoir:

L'ADMINISTRATION

Les intervenants étaient M. Frédéric Plourde, adjoint
aux ressources humaines au diocèse de Chicoutimi et
M. Daniel Dumais, membre du Comité des
immeubles et propriétés du diocèse de Chicoutimi.

Contenu des interventions :
Intervention Frédéric Plourde >
Intervention
Daniel Dumais >

 

LA PASTORALE

Les intervenants étaient Mme Isabelle Dallaire,
chancelière au diocèse de Chicoutimi,
M. Marc Fournier, coordonnateur
de l'Unité pastorale La grande famille
et l'abbé Mario Tremblay, ex-modérateur.

Contenu des interventions:
Intervention Isabelle Dallaire >
Intervention Marc Fournier >
Intervention Mario Tremblay >

Suite à ces présentations, l'animatrice de la rencontre Mme Renée Lepage, adjointe à la Pastorale d'ensemble au diocèse de Chicoutimi,
a présenté une synthèse des différentes interventions.

LA SYNTHÈSE DES INTERVENTIONS
La synthèse a été formulée sous trois blocs, à savoir: Ce qui est - Ce qui sera - Ce qu'il faudra.


       ► CE QUI EST
  • Le capital (on gruge++) 6 fabriques gèrent 50% des placements;
  • Les résultats financiers (56 % des paroisses en déficit);
  • Les revenus;
  • Ressources humaines permanentes et bénévoles;
  • Pratique religieuse – 5%;
  • Difficultés à boucler les budgets ++;
  • Donateurs (65 ans +);
  • 60% revenus consacrés à la gestion de bâtisses vieillissantes;
  • De plus en plus d’essoufflement et de démobilisation;
  • Les églises sont sous-utilisées et sont un boulet financier;
  • Les moins de 50 ans sont peu ou pas présents;
  • Tendance sociétale lourde : court terme, individualisation, liberté, désengagement;
  • Les gens ne se sentent plus concernés ou rejoints par l’Église dans sa forme actuelle.

       ► CE QUI SERA
  • L’administration sera optimisée et la charge administrative allégée;
  • Les ressources humaines permanentes et bénévoles consacreront le maximum de leur temps
    à la Mission et à former des multiplicateurs;
  • Des communautés autonomes dont la plupart des tâches sont exercées par des laïcs,
    parfois par des permanents, mais surtout bénévoles;
  • La mission se réalise dans des lieux autres et plus petits;
  • Des rassemblements eucharistiques mensuels;
  • Seulement quelques églises, les autres seront vendues;
  • Les 60 ans et moins auront appris à vivre sans nous;
  • La déchristianisation sera devenue un trait majeur de la société québécoise;
  • Les formes de rassemblements et de célébrations seront diverses;
  • Les moments et les lieux le seront aussi : le dimanche et en semaine; dans des salles ou des maisons.
 
     
► CE QU'IL FAUDRA
  • Des solutions durables pour diminuer le fardeau du parc immobilier et en simplifier l’administration;
  • Identifier notre besoin réel en bâtisses;
  • Se libérer de la gestion des bâtiments en créant des partenariats ou en vendant nos bâtisses;
  • Apprendre la patience et la capacité d’accueillir de nouvelles façons de faire;
  • Regarder dans la même direction;
  • L’accueil des personnes et l’attention à ce qu’elles vivent devront compter plus que les règles;
  • Réinventer la paroisse;
  • Mettre l’accent sur la proximité avec les personnes;
  • RECONNAÎTRE LA RÉALITÉ:
  • Accepter la réalité que les personnes ne veulent pas de ce qui est si important pour nous;
  • Cesser de s’acharner à vouloir maintenir une forme d’Église en train de disparaître;
  • Faire le deuil: d’un monde au cœur de l’Église et passer à une Église au cœur du monde;
    d’une Église riche et puissante à une Église pauvre et humble;
  • Passer à une Église qui se préoccupe davantage de Dieu, de l’Évangile et du monde que d’elle-même;
  • Passer à une pastorale d’accompagnement des personnes et des communautés;
  • Avoir beaucoup de foi et d’audace;
  • Reconnaître nos ressources en périphérie.

ADHÉSION
Suite à la présentation de la synthèse, les personnes présentes ont adhéré au contenu de la synthèse et elles ont confirmé l'importance de la réalisation de la démarche entreprise par la Table des Présidents d'Assemblée de Fabrique (TPAF). Le Comité de travail mandaté par la TPAF va donc poursuivre son travail.

Prochaines étapes à réaliser

► VISION DE LA PASTORALE ET NÉCESSITÉS - 10 À 15 ANS
    
      À partir des éléments de la synthèse:
  • Dresser la vision, dans un horizon de 10 à 15 ans, de ce que sera la pastorale au niveau du territoire de l'Unité pastorale et de ce que seront les nécessités humaines et matérielles nécessaires pour réaliser la pastorale.
    Échéance: 3 mars 2017
  • Informer les paroissiens et les paroissiennes des résultats de cette étape.
    Échéance: 28 avril 2017

► FORMULER DES RECOMMANDATIONS ET UN PLAN DE SUIVIS À LA TABLE DES 
     PRÉSIDENTS DES ASSEMBLÉES DE FABRIQUE (TPAF)
     Échéance: 16 juin 2017

► EXERCER LES SUIVIS ACCEPTÉS PAR LA TPAF
     Sans anticiper sur le plan de suivis qui sera éventuellement accepté par la TPAF, nous
     prévoyons organiser une deuxième rencontre des paroissiennes et des paroissiens en
     septembre 2017. Cette rencontre s'inscrivant en suivi à celle tenue le 16 janvier 2017.

SUIVI... Le dossier est toujours en marche 
Informations à ce jour, le 19 avril 2017

  • Le mardi 28 mars dernier, les trois Équipes d’Animation Locale se sont rencontrées pour partager autour d’un projet de Vision pour l’avenir. Ce projet était proposé par le Comité de travail. Suite à cette rencontre, les trois équipes se sont réunies de nouveau le mardi 4 avril afin d’identifier les nécessités humaines, d’infrastructures, de matériel, etc, dont nos communautés auront besoin dans 10-15 ans pour réaliser la Mission évangélique dans l’axe de la Vision 2032. Le Comité de travail tiendra sa prochaine réunion le 11 mai 2017.
     
  • Il est toujours prévu que le rapport et les recommandations soient déposés à la Table des Présidents des Assemblées de Fabrique (TPAF) lors de leur assemblée du 8 juin 2017.
     

8 juin 2017
DÉPÔT DU RAPPORT
Comme prévu, le rapport du Comité de travail à été déposé à la Table des présidents d’assemblées de Fabriques (TPAF) de l’Unité pastorale Sud du Lac. Le rapport et les recommandations ont été acceptés à l’unanimité pour fins de recommandation aux Assemblées de fabriques de l’Unité pastorale Sud du Lac.

Télécharger Le rapport  /  L'annexe (Le tournant missionnaire des communautés chrétiennes)La page présentation

Les Assemblées de fabriques doivent se prononcer sur le rapport et les recommandations d’ici le 31 octobre 2017. Une assemblée réunissant les paroissiennes et les paroissiens de l’Unité Sud du Lac sera tenue avant le 30 novembre 2017, afin de présenter le rapport, les recommandations et les décisions de chacune des Assemblées de fabrique de l’Unité pastorale Sud du Lac.

INFORMATION
Pour renseignements ou toutes questions touchant ce projet vous pouvez communiquer avec :
Monsieur Eugène Roy, conseiller administratif, Unité pastorale Sud du Lac

• Tél. résidence : 418-349-2464
• Cellulaire : 418-487-3855

Version imprimable de ce dossier >